Nouveauté à la Polyclinique : pose de prothèse de genou et de hanche en ambulatoire

Lors de la conférence de presse, lundi 2 juillet 2018, des patients pris en charge au sein de la Polyclinique sont venus exprimer leur satisfaction et relater leur expérience pour une prothèse de genou et de hanche en ambulatoire.

Une vraie réussite : en une année, 20 patients ont été pris en charge pour ce type de procédure

Pendant deux ans, chirurgiens orthopédistes, anesthésistes-réanimateurs et équipes de la Polyclinique Grand Sud ont collaboré pour reconsidérer leurs pratiques.
Ils ont échangé sur leurs méthodes, avantages et contraintes avec un objectif commun : pouvoir prendre en charge en ambulatoire, et de façon totalement sécurisée, les patients nécessitant une prothèse totale de genou ou de hanche.
Ils ont réévalué leurs pratiques médicales, ont articulé leurs méthodes pour réussir à mettre en place un protocole de Réhabilitation Améliorée Après Chirurgie (R.A.A.C.) adapté.

Les équipes vont plus loin

Une prise en charge adaptée à la personne âgée :  dans un souci d’amélioration perpétuelle des pratiques, une Infirmière de Pratique Avancée en Gérontologie (IPAG) a été intégrée pour adapter les principes de la RAAC aux spécificités de la personne âgée fragile. Cette expertise permet de prévenir les complications per et post-opératoires liées à l’âge.

Une étroite collaboration entre le service social et les chirurgiens : elle permet d’assurer aux patients une sortie dans les meilleurs conditions : à domicile avec des intervenants libéraux ou en soins de suite (en cas de situtation particulière).

La sécurisation de la sortie du patient grâce à un outil de suivi à distance : quelles que soient les modalités du suivi, les équipes de la clinique sont en supervision grâce à l’outil VH MANAGER permettant des échanges entre les professionnels libéraux, les institutionnels, le patient et/ou son entourage.

Nos engagements

Inciter le patient à devenir acteur de son parcours : il connaît chacune des étapes de son parcours et les critères qu’il devra atteindre pour rentrer chez lui en toute sécurité.
Il sait également ce qu’il peut ou ne peut pas faire une fois rentré chez lui.

Informer le patient sur :
• sa pathologie,
• sa prise en charge,
• le pré, per et post-opératoire.

La connaissance des étapes de sa prise en charge permet au patient de mieux se préparer à son séjour. Etre mieux informé lui permet d’arriver dans les meilleures conditions possible pour son intervention.

Adopter des techniques anesthésiques et chirurgicales adaptées :
• techniques chirurgicales mini-invasives,
• le moins de dispositifs médicaux possible,
• une analgésie contrôlée,
• …

Faciliter le retour à une activité normale en favorisant la reprise de l’alimentation précoce, le retrait des dispositifs médicaux et la mobilisation précoce.

 

Voir l’article de la Gazette de Nîmes du 20/09/2018

Voir l’article du Midi Libre du 03/07/2018

Voir l’article du Midi Libre du 03/07/2018

Voir l’article de France Bleu du 02/07/2018

Related posts

Top